mardi 1 novembre 2011

Vapeur de roses.


Une impression de parfum dans l'air.

Papier Arches cold pressed.
31 cm X 41 cm
12 1/8" X 16 1/8"

Cette aquarelle est le deuxième exemplaire de l'exercice sur les roses  proposé par Fabio Cembranelli lors du stage.

Le premier essai a été une véritable catastrophe ! Trop de choses, trop de fond, trop, trop, trop...
Avec l'aide de Fabio, j'ai compris mes erreurs et j'ai refait l'exercice plus librement et plus simplement.

13 commentaires:

  1. L'un plus beaux de l'autre, beaucoup de sentiments dans ce deux derniers oeuvres. Bravo!

    RépondreSupprimer
  2. Lo trovo uno dei tuoi più bei lavori. Questo gioco di acquae colori, così fluido è veramente affascinante. Elvi

    RépondreSupprimer
  3. Once again, I see Cembranelli and I definitely see you in this. It is fabulous! What a wonderful experiment!

    RépondreSupprimer
  4. Très vaporeux... très ... je ne peux m'empêcher de vouloir sentir...
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
  5. the water colours are breathtakingly beautiful..i can keep seeing the beautiful pattens of water mixing with the colours and still depict the roses!

    RépondreSupprimer
  6. Jane, Elvi, Blaga, Martine, Sylviane, M.R.Anand, Alvaro, merco à tous pour vos messages qui sont un plaisir à lire et qui m'encouragent ! Bises.

    RépondreSupprimer
  7. This is the perfect illustration for the Théophile Gautier poem (H. Berlioz, Les nuits d'été)

    Le spectre de la rose

    Soulève ta paupière close
    Qu’effleure un songe virginal.
    Je suis le spectre d’une rose
    Que tu portais hier au bal.
    Tu me pris encor emperlée
    Des pleurs d’argent de l’arrosoir,
    Et parmi la fête étoilée
    Tu me promenas tout le soir.

    Ô toi, qui de ma mort fut cause,
    Sans que tu puisses le chasser,
    Toutes les nuits mon spectre rose
    A ton chevet viendra danser.
    Mais ne crains rien, je ne réclame
    Ni messe ni De Profundis,
    Ce léger parfum est mon âme
    Et j’arrive du Paradis.

    Mon destin fut digne d’envie,
    Et pour avoir un sort si beau
    Plus d’un aurait donné sa vie.
    Car sur ton sein j’ai mon tombeau,
    Et sur l’albâtre où je repose
    Un poète avec un baiser
    Écrivit : "Ci-gît une rose
    Que tous les rois vont jalouser".

    RépondreSupprimer
  8. J'aime beaucoup cette composition et l'aspect contemporain qu'il s'en dégage.

    RépondreSupprimer
  9. Suzanne, quelle beauté ce poème qui va si bien avec cette aquarelle. J'adore ! Merci beaucoup.

    Izys, merci et bises.

    RépondreSupprimer
  10. The perfume is so strong! Beautiful painting ... again, Olivia1

    RépondreSupprimer
  11. Happy you smelt it Theresa ! Bises.

    RépondreSupprimer